Le silence d'Eve

July 10, 2017

Une scène des plus simples. Un taxi collectif : des hommes, des femmes, toutes les couleurs et tous les goûts. Dans ce taxi, un homme ultra-orthodoxe, chapeau noir et papillotes. Nous sommes déjà neuf, plus qu'une personne et nous partirons en direction de la ville trois fois sainte. 

 

Une jeune femme monte finalement dans le taxi. Et là, c'est le drame. Car la seule place restante se trouve à côté du barbu. Il crie, demande à changer de place. Oui, car les neuf autres personnes en voyage doivent désormais se plier aux désirs de ce voyageur exigeant. 

 

Ces mots me mordaient les lèvres, "prends un taxi si tu n'es pas content". Mais rien n'est sorti évidemment. C'est cela le silence d'Eve, le silence de la femme humiliée, qui va préférer trouver une solution pour satisfaire cet homme sexiste et mal éduqué, partir au plus vite, dans le calme.

 

Ironie du sort - c'est un homme qui s'est assis à côté de lui pour clore le problème, un arabe israélien.

 

Le chauffeur a fait part de son mécontentement vis à vis de ce client ultra-orthodoxe, imposant ses règles et ses us. Merci chauffeur.

 

Mais toutes les femmes ne sont pas aussi lâches que moi.

 

Il y a des femmes comme Renée Rabinovitch, 81 ans, rescapée de la Shoah. Elle a obtenu gain de cause contre la compagnie El-Al; face à la même situation, elle avait du céder sa place à un homme ultra-orthodoxe. La vieille dame a porté plainte, la vieille dame a gagné. 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now